Les 4P

Préparation, Plaisir, Performance, Partage. Les 4P!
Une erreur est survenue dans ce gadget

mardi 5 mars 2013

Semi-marathon de Paris – 3 mars 2013


On ne change pas une équipe qui gagne

Objectif intermédiaire dans le cadre de ma préparation pour le marathon de Paris 2013, le semi de Paris est, cette année, idéalement placé à 5 semaines du jour J. Ainsi,  c’est en mode perf’ que j’aborde cet événement pour faire sauter mon chrono de 1H33’53 réalisé en septembre dernier aux Chasseurs de Temps à Vincennes.
Même si ce record actuel est à relativiser (il manquait une bonne centaine de mètres à cette épreuve pour qu’elle puisse être considérée comme un semi-marathon), il me permet néanmoins d’accéder pour la première fois à un sas préférentiel (moins d’1h35).


  • L’avant course
C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je retrouve mon binôme Laurent, mon gros jogger Bernard et Louis le vendredi midi au Parc Floral de Paris pour récupérer le dossard et visiter les stands du village.

Avec Laurent inscrit lui aussi dans le sas rouge, nous ne sommes pas peu fiers de notre précieux sésame ! Ce « bib » symbolise à lui seul les progrès accomplis depuis nos débuts en CàP. Par ailleurs, il nous garantit un temps d’attente réduit dimanche et devrait nous rendre la course beaucoup plus fluide. Bref, des conditions optimales pour notre target d’1H32’30 (allure cible 4’22/km), laquelle validerait l’objectif de 3H20 pour le marathon de Paris.
Après un détour par le stand de Vincent Dogna, artiste peintre - marathonien, où nous retrouvons Greg et Philippe de la Runnosphère, nous prenons congé du village en nous projetant déjà vers le rdv du surlendemain.

Greg, Philippe, Renaud, Bernard, Laurent et Louis (photo: Vincent Dogna)
  • Le jour J
Le réveil sonne à 6H30 ce dimanche 3 mars. La météo est clémente: 2°C, vent modéré et un grand soleil. Après la douche et le p’tit déj, j’enfile la tenue (et quelques couches supplémentaires) puis pars à 7H40 pour une petite marche de 20’ jusqu’à la station de métro.
8H45. Je retrouve les copains. Le départ étant prévu à 10H, nous avons le temps d’échanger sur la course, de la faire… de la défaire… de la refaire. Puis vient l’heure des derniers encouragements et Laurent et moi partons nous échauffer une vingtaine de minutes.
Nous rejoignons notre sas à 9H45. Le soleil est juste au-dessus de nos têtes. Il fait tellement bon qu’il est inutile de garder le poncho servant à protéger du froid. Je m’en débarrasse très vite en le jetant maladroitement sur mes voisins d’à côté (encore désolé !). Je visais pourtant la chaussée… En revanche, je jubile d’être dans ce sas, à proximité quasi immédiate du départ.

  - 0-5 km: 21’53 (13,70 km/h – 4’22/km)

10h. Coup de feu pour les 30767 partants... Les premiers s’élancent. Puis vient notre tour 53 secondes plus tard. Nous sommes dans la même minute que les leaders ! Trêve de plaisanteries, une fois la ligne franchie, je déchante rapidement en doublant plusieurs coureurs à 9-10km/h en plein milieu de la route. Mais que font-ils là ? Par ailleurs, le peloton est si dense que nous sommes contraints d’emprunter le chemin stabilisé parallèle à la Route de la Pyramide pour nous frayer un passage. Résultat : un 1er kilo en 4’31. Pas bien.
Nous arrivons enfin à trouver notre place sur le bitume sans pour autant réussir à caler notre allure cible. 4’10 au km2 puis 4’26 en haut de la Route du Pesage. Du n’importe quoi ! Malgré ce début de course totalement irrégulier, les jambes sont très bonnes et je sais qu’à partir de l’Avenue de Gravelle, le parcours devient très favorable et roulant. Nous allons donc pouvoir régler tout ça. 

  - 6-10 km : 21’49 (13,75 km/h – 4’21/km)

Laurent et moi sommes depuis le km5 pile dans le bon rythme, oscillant entre 4’21 et 4’22. Gravelle fait des merveilles et nous profitons de ce long faux plat descendant pour nous économiser jusqu’à la 1ère petite difficulté du jour au km8, Rue Taine. Tout va pour le mieux. La bosse est avalée sans encombre. C’est maintenant tout plat jusqu’à la Rue de Reuilly au 16ème km. Je me sens facile, presque « en dedans ». Je mets ça sur le compte du profil de cette portion et de mes F1 chaussées pour l’occasion : les Saucony Kinvara 3. Passage au 10K en 43’42.

  - 11-15 km : 21’47 (13,77 km/h – 4’21/km)

C’est le plat pays. J’ai attrapé à la volée une bouteille d’eau au ravito du 10ème et prend tout le temps nécessaire pour bien m’hydrater. Cette tellement plus simple qu’avec un gobelet. Nous continuons à dérouler nos foulées peu ou prou à l’allure cible sur le Quai des Célestins et la vision de l’Hôtel de Ville nous rappelle qu’il est bientôt l’heure de faire demi-tour. « On rentre à la maison ! » dis-je à Laurent.
Passage au 15K : 1H05’29.

  - 16-21,1 km : 25’46 (14,20 km/h – 4’13/km)

Les choses sérieuses commencent là, Rue de Reuilly. Cette montagne (pour le runner parisien que je suis) est le moment clé de l’épreuve. Je décide de prendre quelques risques en changeant de rythme. Même pas peur ! Je me fie à mes sensations et passe de 4’20 à 4’15/km. Laurent ne me suit pas. Chacun est dorénavant dans sa bulle. Je n’éprouve aucune grosse difficulté à franchir l’obstacle. Du coup, je relance aux abords du Bois de Vincennes.


Je sais maintenant avec certitude que ma meilleure marque est sur le point de tomber. Les jambes se durcissent à l’assaut du sprint final. Je donne tout… Passage sur la ligne d’arrivée : 1H31’15.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir
  • Le bilan
Place au général : 1922/30767
Place catégorie SEH : 1260/13248
Vitesse moyenne : 13,87 km/h
Allure moyenne : 4’19/km

2’38 de moins qu’aux Chasseurs de Temps. A new Personal Best !
Laurent arrive moins d’une minute plus tard. Contrat rempli. On ne change pas une équipe qui gagne…


En analysant ma course à froid, par tranches de 5 km, je me demande si je n’ai finalement pas été trop prudent pendant quasiment les 2/3 du semi-marathon. En effet, j’ai respecté, presqu’à la lettre, l’allure cible jusqu’au 15ème en me sentant très (trop ?) facile.
Du coup, c’est seulement à partir de Reuilly que j’ai eu l’impression de fournir un réel effort. Je trouve énorme l’écart d’allures entre les 15 premiers km et la dernière partie. Qu’aurais-je fait en partant à 4’17 ? Pour l’heure, cela restera une question sans réponse mais je le note quelque part pour le prochain.

Place maintenant à l’objectif principal, l’épreuve reine : LE MARATHON.

18 commentaires :

  1. Un beau semi qui te met en orbite pour un marathon d'anthologie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Séb. Et que dire du tien !!!
      Encore bravo,

      Supprimer
  2. Je suis rassurée de ne pas être la seule à voir vu des montagnes à Paris. ^^

    Bravo pour cette superbe course. C'est presque énervant de te lire, on dirait que tu l'as faite vraiment les doigts dans le nez ! ^^

    Bonne récup', et place au marathon.
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les doigts dans le nez, peut-être pas ;-) Mais c'est vrai que j'ai l'impression de ne pas avoir tout donné sur l'ensemble de la course. Mais bon, l'objectif était de valider ma cible pour le marathon et ça… c'est fait!

      Félicitations à toi pour ce super chrono. Bonne récup',

      Supprimer
  3. Bonjour,
    J'ai lu ton comtpe-rendu et j'ai moi-même participé au semi-marathon de Paris 2013.
    Pour répondre à la question que tu te poses sur ton allure durant la course, sache que j'ai vécu une course contraire à la tienne, c'est à dire que j'ai fait une première moitié de course plus rapide que la 2ème.
    Parti sur des bases trop rapides (4'17" au km sur les 10 premiers kilomètres), j'ai connu ensuite une baisse de régime qui m'a fait ralentir progressivement jusqu'à une allure de 4'23". J'ai finalement fini le semi en 1h32'29", alors que j'étais arrivé au 10ème km en 42'50".
    Je pense qu'il faut toujours rester prudent au début de la course, car les quelques secondes qu'on gagne en se laissant griser par ses bonnes sensations se payent souvent en minutes à la fin! J'en ai fait les frais et ça me servira de leçon (ce n'est pas faute d'avoir été prévenu pourtant!).
    Maintenant je n'ai pas suivi le même entraînement que toi, il est probable qu'en partant à un rythme de 4'17" au km tu puisses mieux tenir la distance que moi.
    Pour info j'ai à peu près le même temps que toi sur 10km, j'ai fait les foulées de vincennes 2013 en 40'57".
    C'était par contre mon premier semi et je vais courir le Marathon de Paris (premier marathon) avec pour objectif 3h30.

    Longue vie à ton blog qui est très intéressant et très instructif pour moi qui ai commencé la course il y a un an et qui me permet de me situer par rapport à quelqu'un qui a des chronos supérieurs aux miens! Je vois ainsi ce que je peux réaliser (ou pas) si je m'entraîne correctement!


    Laurent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien dis moi Laurent, tu as des références impressionnantes pour un novice!

      Merci pour ton retour. J'ai déjà commis ce type d'erreurs dans le passé (partir trop vite). La prudence est, en effet, un principe à respecter absolument. Mais sur ce semi, je pense que mon allure cible était un poil sous-évaluée.

      Peu importe, la matinée a été riche d'enseignements, de plaisir et de partage. C'est bien ça l'essentiel!

      Heureux de savoir que ce blog puisse te servir. Bons runs!

      Supprimer
  4. bravo pour cette course et pour ce resultat!
    j'ai adoré courir ce semi
    Bon courage pour le marathon
    Mary

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci MME L'Ambassadrice ;-)
      Ce fut une belle course et j'étais, comme toi, bien heureux de figurer dans ce peloton.
      Félicitations d'avoir tenu bon malgré une prépa réduite.
      Récupère bien. A bientôt,

      Supprimer
  5. Félicitationspour ce nouveau record. Une performance qui fait exploser l'ancien. Très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le savoure avant qu'il ne devienne lui-même une prochaine cible! Merci beaucoup, Luc.

      Supprimer
  6. Superbe course qui récompense une préparation sérieuse.
    Bravo, camarade. Nous attendons la prochaine échéance avec impatience :)

    RépondreSupprimer
  7. Quelle belle course ! C'est plaisant à lire et à revivre. Et maintenant, le regard est tourné vers les Champs Elysées et l'Avenue Foch !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une belle vision, n'est-ce-pas!
      Merci Stéphane. Très heureux que tu reviennes aussi fort. Ca promet…
      A très vite pour un rdv dominical,

      Supprimer
  8. Belle gestion Renaud ! Je pense que tu as bien fait de ne pas partir trop vite et de garder les forces nécessaires pour la fin du semi.
    Ça promet pour le marathon de Paris ! Tu vas te faite plaisir, j'ai hâte de voir tout ça se concrétiser :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère ne pas revivre une désillusion comme à Vincennes en octobre dernier. Mais c'est ça la magie du marathon. On ne sait jamais à l'avance ce que le prochain nous réserve...
      En tout cas, la prépa se déroule bien pour le moment. Autant en profiter!
      Merci beaucoup Sandrine. J'espère qu'on partagera quelques foulées prochainement. A bientôt,

      Supprimer
  9. tu as couru, tu as pensé, donc tu es ! (rires)
    une course gérée à la perfection par rapport à ton potentiel !

    Je m'aperçois que c'est exactement ça en faisant une règle mathématique que j'observe sur d'autres runners et dont les temps sont différents.

    Sur ton 10km en 40'55" il me semble que c'est ça de mémoire...soit 4'05" du kilo... et bien en règle générale il faut rajouter 10" (10k au semi), on s'y retrouve très près encore une nouvelle fois !!

    Félicitations pour ce semi et nouveau RP !! et place à ton objectif suivant AS42 !!!!.... vivement le 07 avril :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le cartésien que je suis te remercie Christophe ;-)
      A très bientôt,

      Supprimer